Smallholder foresters, local forest authorities and civil society meet in the UNESCO landscape biosphere reserve “The East Vättern Scarp” in Sweden, to evaluate the result of a selectively logged forest area

Aspects sociaux et liés à la gouvernance de la RFP

Le succès de la restauration des forêts et des paysages (RFP) dépend de l’adaptation aux conditions locales, y compris les écosystèmes, les structures de gouvernance locales (p. ex. réglementations relatives au régime foncier) et les structures sociales (p. ex. rapports de pouvoir, voies de communication).

Cela requiert la mobilisation, l’acceptation et le soutien de tous ceux que la RFP concerne, comme par exemple les populations locales. Différentes parties prenantes peuvent avoir des priorités différentes pour ce qui est des résultats escomptés des activités de restauration. Par exemple, certaines privilégieront l’amélioration de la biodiversité, tandis que d’autres accorderont la priorité à l’augmentation des revenus.

Les méthodes de gouvernance qui permettent la participation constructive de parties prenantes multiples seront plus susceptibles de mener à une RFP durable et évolutive.

Faire intervenir une large variété d’acteurs et de secteurs

Une analyse initiale des parties prenantes est essentielle pour identifier les acteurs pertinents dans les activités de restauration ; qui détient les droits et la propriété des terres et des SE ? À qui incombe l’obligation de respecter, de protéger, de promouvoir et de développer le système de gouvernance ?

Pour comprendre pleinement les conditions et les rapports de pouvoir locaux, il est utile de faire intervenir une large variété d’acteurs et de secteurs liés aux activités de restauration des forêts, p. ex. représentants de communautés locales et de groupes d’intérêt public, d’organisations non gouvernementales locales, d’entreprises privées et du gouvernement.

Dans certaines sociétés, les femmes manquent d’accès à l’influence, aux financements et aux droits de propriété. En encourageant et en incitant les femmes à participer, on peut améliorer l’efficacité et la durabilité de la RFP et de l’entrepreneuriat local.

De même, les jeunes devraient être inclus, car ils peuvent être les parties prenantes les plus motivées à investir dans des moyens de subsistance plus durables et meilleurs. Ils peuvent aussi avoir un point de vue à plus long terme sur les changements et résultats requis.

Inspiration tirée d’une gouvernance réussie pour la RFP en Suède

Les liens entre les écosystèmes, la gouvernance et le développement économique constituent un aspect central du programme LoCoFoRest et feront l’objet d’une discussion approfondie.

L’histoire de la restauration en Suède sera utilisée en guise d’exemple. Au cours des 150 dernières années, le paysage forestier suédois a été restructuré, d’un état dégradé à un état productif. Malgré la longueur de la période en question, nombre des moteurs de ces changements sont intéressants à examiner, afin de comprendre comment on peut parvenir à des changements durables.

De nombreux aspects font écho aux principes fondamentaux de LoCoFoRest, et les lois sur les forêts, les inventaires forestiers nationaux, l’autonomisation et l’organisation des petits propriétaires, la gestion adaptative, les services de vulgarisation et le renforcement des capacités sont parmi les éléments qui ont apporté une contribution.

Il convient de noter que les nouveaux défis évoluent avec le temps. Le fait que l’accent a été fermement mis sur la production durant une grande partie du XXe siècle a donné lieu à des pratiques de monoculture, à la perte de forêts anciennes et à l’appauvrissement de la biodiversité. Les politiques relatives aux forêts et les pratiques de gestion doivent être évaluées, adaptées et développées de manière continue pour acquérir de nouvelles connaissances et relever les nouveaux défis.

 

Figure ci-dessus. Les petits exploitants forestiers, les autorités forestières locales et des représentants de la société civile réunis dans la réserve de biosphère de l’UNESCO « The East Vättern Scarp », en Suède, afin d’évaluer les résultats obtenus dans une zone boisée ayant fait l’objet de coupes sélectives. Photo : Ola Jennersten/N IBL.

 

  • Last Updated: 10/14/2022